canardbleu

Le coucou carillonne

Le coucou carillonne
Hanter dro
(Paroles : Maurice Guéguen)

Le coucou carillonne
Voici cinq heures qui sonnent
Et je sors de mon lit
Les pensées dans la brume
Je trempe sans entrain
Dans mon café qui fume
Un croûton de vieux pain

Je me lève et je baille
Il faut que je me taille
Je ferme la porte à clef
Seul dans les ombres grises
Je suis dans le métro
Je cherche une place assise
Pour aller au boulot

Le couloir de faïence
Est sous la surveillance
Des caméras cachées
La foule me bouscule
Marre de l’escalator
Toujours le crépuscule
Quand j’arrive dehors

Encore cinq cents mètres
Cinq ou six cents peut-être
Je suis à l’entrepôt
Je mets ma salopette
J’attrape mon chariot
La pelle la balayette
Je repars aussitôt

Ce trottoir dégueulasse
Moi je le débarrasse
Des papiers des mégots
Des emballages plastiques
Des kleenex des étrons
D’animaux domestiques
Des seringues d’occasion

Y a huit heures que j’respire
Les gaz de toutes ces tires
J’en ai plein les arpions
Dans le jour qui s’affaisse
Les mémères vont pouvoir
Sortir leur chien en laisse
Pour salir mon trottoir

Dès qu’ j’ai remis mes fringues
Je détale comme un dingue
Vers la bouche de métro
J’ai ma correspondance
A sept heures et demie
Avec un peu de chance
J’ verrai « Plus belle la vie »

Le coucou carillonne
Voilà dix heures qui sonnent
Et j’éteins la télé
Dans ma Bretagne lointaine
C’est un soir de veillée
Deux gars montent sur la scène
Se mettent à chanter

« A dix heures dans la plaine
Auprès d’une fontaine
J’ai rencontré ma mie »
Moi je n’ai vu personne
Ma mie elle s’est barrée
Ma vie elle déconne
Et demain je vais bosser


Accueil du site | | | | Statistiques | visites : 15614

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Sahut-Guéguen (chant à répondre)  Suivre la vie du site Répertoire Sahut-Guéguen   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 0