canardbleu

Rue Saint-Vincent

Rue Saint-Vincent

Aristide Bruant, 1909

À l’avait sous sa toqu’ de martre,
Su’ la butte Montmartre,
Un p’tit air innocent.
À s’app’lait Rose, à l’était belle,
À sentait bon la fleur nouvelle,
Rue Saint-Vincent.

À l’avait pas connu son père,
À l’avait p’us de mère,
Et depuis 1900,
À d’meurait chez sa vieille aïeule
Où qu’à s’élevait comme ça, toute seule,
Rue Saint-Vincent.

À travaillait déjà pour vivre
Et les soirs de givre,
Dans l’ froid noir et glaçant,
Son p’tit fichu sur les épaules,
À rentrait par la rue des Saules,
Rue Saint-Vincent.

À voyait dans les nuit d’ gelée,
La nappe étoilée,
Et la lune en croissant
Qui brillait, blanche et fatidique
Sur la p’tite croix de la basilique,
Rue Saint-Vincent.

L’été, par les chauds crépuscules,
À rencontré Jules,
Qu’était si caressant,
Qu’à resté la soirée entière,
Avec lui près du vieux cim’tière,
Rue Saint-Vincent.

Mais le p’tit Jules était d’ la tierce
Qui soutient la gerce,
Aussi l’adolescent,
Voyant qu’elle marchait pas au pantre,
D’un coup d’ surin lui troua le ventre,
Rue Saint-Vincent.

Quand ils l’ont couchée sur la planche,
À l’était toute blanche,
Même qu’en l’ensev’lissant,
Les croqu’-morts disaient que la pauv’ gosse
Était claquée l’ jour de ses noces,
Rue Saint-Vincent.

À l’avait sous sa toqu’ de martre,
Su’ la butte Montmartre,
Un p’tit air innocent.
À s’app’lait Rose, à l’était belle,
À sentait bon la fleur nouvelle,
Rue Saint-Vincent.


Accueil du site | | | | Statistiques | visites : 17316

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Canard Bleu (orgue de Barbarie)  Suivre la vie du site Répertoire Canard Bleu   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.12 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 1